"Dans la peau d’un surréaliste" Journée "Surréalisme : Do it yourself !" à l’Ecole Normale Supérieure

par Helene Parent

Le lundi 26 mai, la classe de 2de 1 a quitté Saint-Ouen l’Aumône de bon matin afin de se rendre à l’ENS (rue d’Ulm) où les élèves normaliens membres de l’association JDL (Journées Découvrir la Littérature) les attendaient pour leur présenter de mini-conférences sur autant d’artistes et écrivains que sont André Breton, Robert Desnos, Paul Eluard, Salvador Dali, Max Ernst, Man Ray... et pour leur proposer des ateliers interactifs et ludiques autour du surréalisme : poèmes en écriture automatique, jeux des définitions et autres cadavres exquis étaient au rendez-vous, la journée s’achevant ensuite par la diffusion d’un film.

Les 2de 1 racontent :

"Nous avons été accueillis par l’association JDL. Dans la matinée, trois cours théoriques sur le surréalisme nous ont été donnés : un sur le rêve, un autre sur la poésie, et le dernier sur des représentations picurales. A midi, un pique-nique généreux nous a été distribué. En début d’après-midi, nous avons participé à des jeux d’écriture surréalistes qui étaient assez amusants et, pour finir la journée, un film nous a été diffusé, Un Chien andalou de Bunuel, un court-métrage surréaliste. Merci à Anne-Camille, Lucas et Juliette qui nous ont permis de découvrir ce courant littéraire datant du début du XXe siècle. Ces intervenants étaient accompagnés par d’autres étudiants de cette école qui nous ont permis d’en apprendre plus à travers des activités bien animées. Finalement, cette sortie nous aura apporté de nouvelles connaissances, nous en concluons qu’elle était agréable et enrichissante culturellement. A noter, la merveilleuse rencontre d’un de nos camarades avec une personne d’un autre lycée ;)"

Ce qu’ils ont retenu et pensé du surréalisme :

"Le surréalisme a été lancé grâce au mouvement révolutionnaire Dada qui voulait casser toutes les règles"

" Le surréalisme est quelque chose d’impossible, au-delà du réel"

"Le surréalisme est un courant qui brise les règles et qui laisse s’exprimer l’inconscient"

"Les artistes surréalistes sont fous, leurs oeuvres ne sont pas très belles et sont confuses, il n’y a aucune logique dedans"

"Le surréalisme est un courant qui permet de comprendre l’inconscient, de faire le lien entre le réel et le rêve"

"Le surréalisme définit un courant artistique au-delà du réel, composé de divers artistes (peintres, sculpteurs, écrivains...) et qui laisse place à l’expression libre de son imagination ou de son esprit dans un état second. Pour moi, j’ai une bonne impression de ce courant : il est attachant car il permet à toute personne de pouvoir laisser libres ses pensées"

"Le surréalisme est un mouvement simple et sympathique, qui est mieux à pratiquer en collectif car c’est plus drôle de faire du surréalisme avec ses camarades ou de lire des textes de ses camarades. Les surréalistes étaient des gens bizarres qui, à mon avis, n’étaient pas en manque de drogue !"

Les 2de 1, écrivains surréalistes, morceaux choisis

Cadavres exquis :

"L’écluse bicolore avale le bleu doré qui ne cesse de pleurer"
"La mare rouge mangeant les canards héroïques qui vont finir en boîte de conserve"
"Un avion énorme atterrit sur un lapin moustachu qui collectionne les chauve-souris"

Poèmes et écriture automatique :

"Un ogre rejeté
Cet ogre vit à l’écart de tous
Cet orgre se fait chasser parce qu’il est différent
Cet ogre qui ne supporte plus de vivre ainsi
Cet ogre a décidé de vivre comme les autres le voyaient : comme un animal sauvage"

"Les nains bleus chantent à qui mieux-mieux
Ils cherchent les rapides à la frontière nord
Pour s’envoler vers les nuages
Et trouver les étoiles
Qui les guident vers une infinité de paix"

"Cette bourgeoise aux cheveux longs
Seule dans les jardins de l’enfer
Qui côtoie la solitude
Des champs de l’enfer
Créé par Dieu Tout Puissant
Ceci est peut-être l’enfer paradisiaque"

"Une montre parle de la pluie fleurie gagnant le cours de table qui regarde le rouge de la lumière féminine partie pour le bois de lune criant à la liberté du papier bleu de sang aiguillé par la chaise, utilisant un stylo dégraissé par l’amitié du texte donc l’idée vie du jeu d’ombre éclairé par Julien"